#Hongrie 🇭đŸ‡ș L’opposition a prĂ©sentĂ© les bases d’un programme gouvernemental conjoint

L'opposition a présenté les bases du programme gouvernemental conjoint

DĂ©but janvier 2021, six partis hongrois de l’opposition unie se sont engagĂ©s Ă  restaurer l’Ă©tat de droit, Ă  amĂ©liorer l’Ă©ducation et les soins de santĂ© et Ă  Ă©radiquer la corruption ainsi qu’abolir la loi dite « loi de l’esclavage ».

Les principes d’une gouvernance conjointe ont Ă©tĂ© adoptĂ©s et Ă©noncĂ©s dans une dĂ©claration des prĂ©sidents des partis des six partis d’opposition se prĂ©parant aux Ă©lections lĂ©gislatives de 2022, ont-ils annoncĂ© lors d’une confĂ©rence de presse conjointe dans l’aprĂšs-midi du 5 janvier 2021. Essentiellement, ils ont dĂ©crit les «pierres angulaires d’un programme gouvernemental», dont certains dĂ©tails Ă©taient couverts par les chefs de parti.

« Nous n’aurons pas 6 partis, mais 15 millions de gouvernements hongrois », a dĂ©clarĂ© PĂ©ter Jakab, prĂ©sident de Jobbik, Ă  propos des principes convenus. Selon eux, la meilleure garantie pour l’unification de la nation est l’alliance formĂ©e de l’opposition, qui est «capable de relier droite et gauche, conservatrice et libĂ©rale» par-delĂ  les diffĂ©rences idĂ©ologiques.

AndrĂĄs Fekete-GyƑr, prĂ©sident de Momentum, a parlĂ© de l’Ă©tat de droit et de ses conditions. – Nous mettrons fin au pouvoir des oligarques et nous mettrons fin Ă  la corruption. Aucune infraction ne peut rester impunie, a dĂ©clarĂ© le prĂ©sident du parti. Dans la «nouvelle rĂ©publique» qu’il dĂ©crit, les citoyens auront la possibilitĂ© de superviser le gouvernement, et non l’inverse. Une partie importante d’un pays libre, disent-ils, est la presse et la science libres, et l’Ă©ducation et l’art gratuits, oĂč l’avenir du pays est dĂ©terminĂ© par la volontĂ© de la communautĂ© des citoyens, pas par une seule personne.

Selon ErzsĂ©bet Schmuck, coprĂ©sidente du LMP, la coalition se prĂ©pare Ă  une gouvernance consciente de la crise climatique qui prenne donc en compte non seulement les intĂ©rĂȘts prĂ©sents mais aussi l’avenir du pays et de la planĂšte. – Notre objectif est d’arrĂȘter le dĂ©clin de la population, nous voulons crĂ©er les conditions dans lesquelles chaque famille peut prendre la responsabilitĂ© d’un enfant. Et ils veulent garder cela en ligne avec la protection de l’environnement naturel et la transformation Ă©cologique de l’Ă©conomie. Il a Ă©galement mentionnĂ© que la lutte contre le changement climatique et la fin des conflits violents sont une condition pour rĂ©soudre la crise migratoire. Ă€ cette fin, l’action internationale serait soutenue, tandis que la gestion des migrations serait laissĂ©e Ă  la compĂ©tence nationale pour lutter contre les passages illĂ©gaux des frontiĂšres et la traite des ĂȘtres humains.

« Nous crĂ©erons un systĂšme de redistribution Ă©quitable », a dĂ©clarĂ© TĂ­mea SzabĂł, coprĂ©sident de Parbeszed, sur les principes sociaux. Ainsi, les biens communs seraient distribuĂ©s de telle maniĂšre que chacun ait un accĂšs Ă©gal Ă  une Ă©ducation et Ă  des soins de santĂ© gratuits de qualitĂ©, Ă  des soins sociaux et Ă  la culture. S’agissant de la fiscalitĂ© progressive, les plus riches seraient mieux impliquĂ©s dans le partage du fardeau afin que «mĂȘme les morts puissent vivre une vie digne».

SzabĂł a Ă©galement parlĂ© d’un systĂšme de retraite dĂ©cent, et bien qu’il ne soit pas entrĂ© dans les dĂ©tails, Parbeszed et le MSzP ont longtemps liĂ© le montant des pensions Ă  l’Ă©volution des salaires, non seulement Ă  l’inflation, mais aussi pour rattraper les faibles pensions. . Ils prendraient des mesures pour Ă©liminer les inĂ©galitĂ©s entre les femmes et les hommes et crĂ©er des conditions de travail qui valent la peine pour les jeunes de rester et non de fuir Ă  l’Ă©tranger.


« Nous changerons les lois du travail afin qu’elles protĂšgent et renforcent toujours le parti du plus faible : les employĂ©s »

— Ágnes Kunhalmi, co-prĂ©sidente du MSzP


« Nous changerons les lois du travail afin qu’elles protĂšgent et renforcent toujours le parti du plus faible : les employĂ©s » a dĂ©clarĂ© la co-prĂ©sidente du MSzP, Ágnes Kunhalmi. Dans ce cadre, la loi sur le travail serait abrogĂ©e et les droits civils et syndicaux seraient rĂ©tablis. Â«Le travail d’un travailleur hongrois ne peut pas valoir moins que celui de ses homologues occidentaux», a-t-il dĂ©clarĂ© Ă  propos de la dimension europĂ©enne de la question. L’opposition souligne que le trĂ©sor national le plus important de la Hongrie est la connaissance et la crĂ©ativitĂ© humaines, selon Kunhalmi, l’ascension civique peut ĂȘtre basĂ©e sur cela, dont la condition est la crĂ©ation d’un systĂšme Ă©ducatif oĂč chaque enfant a la possibilitĂ© d’en tirer le meilleur parti. en dehors de ça.

La mobilitĂ© sociale et le progrĂšs individuel et social sont conditionnĂ©s Ă  la crĂ©ation d’une concurrence loyale, Ă  la transformation de systĂšmes d’exploitation et nuisibles Ă  l’environnement et Ă  la fourniture de services publics de haute qualitĂ©. Comme les autres prĂ©sidents des partis, Kunhalmi a mis l’accent sur le partage des charges, la contribution des plus modestes au rattrapage des rĂ©gions en retard et le soutien des petites et moyennes entreprises.

« Saint-Étienne a choisi l’Europe », a dĂ©clarĂ© Ferenc GyurcsĂĄny de DK, Ă©voquant la relation entre les Hongrois et l’Union europĂ©enne, se rĂ©fĂ©rant Ă  ses fils historiques. « L’Union n’est pas parfaite, en fait elle est loin d’ĂȘtre parfaite Ă  notre goĂ»t, mais nous pensons qu’il vaut mieux rester en Europe Ă  l’Ă©cart des choix historiques », a-t-il dĂ©clarĂ©. Selon lui, l’opposition « veut un gouvernement patriotique, un gouvernement europĂ©en, donc ensemble ».

Les six partis d’opposition ont prĂ©cĂ©demment dĂ©clarĂ© qu’ils ne joindraient leurs forces qu’Ă  l’organisation politique et aux candidats Ă  un changement de gouvernement en 2022 qui acceptent les fondements d’une gouvernance conjointe. L’accord a Ă©tĂ© signĂ© au nom du MSzP par Bertalan TĂłth et Ágnes Kunhalmi (coprĂ©sidents), par Ferenc GyurcsĂĄny, prĂ©sident de DK, par AndrĂĄs Fekete-GyƑr, prĂ©sident de Momentum, par TĂ­mea SzabĂł et Gergely KarĂĄcsony, coprĂ©sidents de Parbeszed, par PĂ©ter Jakab pour le Jobbik et par les coprĂ©sidents ErzsĂ©bet Schmuck et MĂĄtĂ© KanĂĄsz-Nagy de LMP.

Consulter le site du parti socialiste hongrois MSzP đŸŒč🇭đŸ‡ș https://en.mszp.hu/

Publié par Aleksander GLOGOWSKI

Permanent de la FĂ©dĂ©ration de Paris du PS đŸŒč Candidat socialiste aux Ă©lections europĂ©ennes de 2004, 2014 et 2019. #Europe Addict đŸ‡ȘđŸ‡ș Je me sens chez moi partout dans l'Union EuropĂ©enne. PĂšre de deux enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :