đŸŸ„ Commune de Paris, une histoire qui s’Ă©crit au prĂ©sent

Quiconque se prétend socialiste, ou plus largement de Gauche, doit prendre le temps de voir un documentaire admirable retraçant les 72 jours de la Commune, diffusé par ARTE pour marquer le 150e anniversaire.

Tout d’abord parce que le travail de reconstitution sur une base monographique effectuĂ© par RaphaĂ«l MEYSSAN est en tout point impressionnant.

Ensuite, parce que de grands artistes Mathieu Amalric, Fanny Ardant, Sandrine Bonnaire, AndrĂ© Dussolier, Anouk Grinberg, Arthur H, FĂ©lix Moati, François Morel, des sociĂ©taires de la ComĂ©die française, Denis PodalydĂšs et Michel Vuillermoz ou encore Jacques Weber et Yolande Moreau ont prĂȘtĂ© leur voix pour rendre vivant ce rĂ©cit.

Et puis, surtout, on comprend que l’Histoire telle qu’elle est encore aujourd’hui racontĂ©e aux enfants de France est Ă©minemment celle des Versaillais et non celle des tenants de la RĂ©publique sociale.

Le documentaire « Les DamnĂ©s de la Commune » est Ă  voir sur —

Pour aller plus loin et parfaire ses connaissances sur le sujet, je recommande trĂšs fortement de complĂ©ter avec l’entretien en compagnie de l’auteur, RaphaĂ«l Meyssan, donnĂ© en septembre 2020 pour « Cases d’Histoire« , une chaĂźne vidĂ©o consacrĂ©e Ă  la Bande dessinĂ©e et Ă  l’Histoire. L’auteur y parle de son triptyque, entiĂšrement rĂ©alisĂ© Ă  partir de gravures d’Ă©poque, publiĂ© chez Delcourt.

On saisi mieux sa dĂ©marche, les contraintes techniques, la masse des documents historiques rĂ©coltĂ©s et surtout le caractĂšre profondĂ©ment prĂ©curseur des droits fondamentaux inventĂ©s, forgĂ©s par les Communards ainsi qu’hĂ©las l’ignominie documentĂ©e de la rĂ©pression aveugle qui s’est abattue, au cours de la Semaine sanglante, sur les Parisiens ayant participĂ© Ă  ce mouvement rĂ©volutionnaire d’Ă©mancipation.

On voit que la Commune de Paris en ces mois de mars-avril et mai 1871 dĂ©borda largement l’enceinte des fortifications parisiennes et fut aussi proclamĂ©e au Creuzot, Ă  Limoges, St-Etienne, Toulouse, Lyon, Narbonne, Marseille.

Et puis, il y a aussi Henri GUILLEMIN et ses six heures d’une Ă©poustouflante et passionnante plongĂ©e dans les rebondissements de la Commune.

Prendre le temps de regarder et d’Ă©couter donc, mais par dessus tout, prendre le soin de les diffuser largement autour de soi. Pour que vive la Commune !

Publié par Aleksander GLOGOWSKI

Permanent de la FĂ©dĂ©ration de Paris du PS đŸŒč Candidat socialiste aux Ă©lections europĂ©ennes de 2004, 2014 et 2019. #Europe Addict đŸ‡ȘđŸ‡ș Je me sens chez moi partout dans l'Union EuropĂ©enne. PĂšre de deux enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :